Skip to main content
 

Les Amis du Musée-Promenade

Marly le Roi / Louveciennes

Actualités
Accueil
Qui sommes-nous ?
Programme
Oeuvre du mois
Publications
Galerie
Coin des Amis
Voyages
Contactez-nous

Le coin des Amis

Cet espace est réservé aux Amis souhaitant publier soit des articles relatifs aux conférences, visites ou voyages organisés par l'association, soit des documents en rapport avec l'histoire du château de Marly et son époque.
 

 

 La rubrique "Coup de coeur"

Faites nous part de vos coups de coeur... expos... festivals... lieux insolites... ou pas... Faites nous partager vos découvertes.

 


¤L'éclairage, le chauffage et l'eau 

 

 

Spécialiste du XVIIe et XVIIIe siècles, Stéphane Castelluccio explore dans cet ouvrage l’usage de l’éclairage (lampes à huile, chandelles et bougies), du chauffage (bois et charbon), et de l’eau, dans les intérieurs parisiens au XVIIe et XVIIIe siècles.

L’auteur y détaille les techniques de fabrication des chandelles et des bougies, les circuits commerciaux qui acheminaient à Paris suif, cire, bois, charbons et eau ainsi que leur livraison et leur stockage chez les particuliers.

Il étudie également l’influence du chauffage et de l’éclairage dans le décor et l’ameublement et tous les usage pratiques et quotidiens qui en découlent : niveaux d’éclairage au quotidien, ou lors d’une fête, horaires d’allumage, services chargés de fournir les bougies à la cour et usage symbolique de la lumière chez le roi. Le niveau d’éclairage des résidences royales reflétant bien une certaine conception de la fonction monarchique.

La consommation, les coûts et l’influence sur la vie sociale sont également abordés avec l’évocation des règles de civilité autour de la cheminée par exemple, ou bien autourdes points de lumière dans les maisons. Pour l’eau, la mise

en place des salles de bains, des lieux à l’anglaise et des glacières est également évoquée.

L’étude de la mise en oeuvre de l’éclairage (mise en place, allumage, mouchage et remplacement), du chauffage (usage des bûches, feux, évacuation des cendres), et de l’eau (quête à la fontaine, surveillance des réservoirs), montre à quel point ces usages domestiques était coûteux, lourds et contraignants pour l’ensemble de la société. Ce n’est qu’à partir des années 1950 qu’ils sont devenus disponibles à domicile, en abondance et pour un coût raisonnable.

L’ouvrage est organisé de façon simple en trois parties : l’éclairage, le chauffage et l’eau.

Il est nourri d’une documentation inédite : archives de la Maison du Roi, inventaires après décès, mémoires de contemporains, dictionnaires et traités techniques et d’architecture… Richement illustré, l’ouvrage n’est pas seulement un livre de référence sur le sujet, mais également un beau livre, élégant et très évocateur de la façon dont vivaient nos aïeux.


¤Les matinées du Balzac

 

 

 

Expositions sur grand écran
Le matin à 11h, à partir du 12 novembre


 

Le matin au Balzac, vous pouvez vous cultiver sans quitter votre fauteuil, grâce aux productions culturelles anglaises proposées par la société Seventh Art.

 

En novembre, vous (re)découvrirez des films consacrés à de grands peintres à l'occasion d'une exposition ou d'une rétrospective :
... Samedi 12 et jeudi 17 : La jeune fille à la perle
... Dimanche 13 et mardi 22 : Le curieux monde de Hieronymus Bosch
... Mardi 15 et samedi 19 : Rembrndt


¤Le musée du Compagnonnage

 

Le Musée du Compagnonnage de Paris, niché au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Près, ce musée retrace l'histoire du compagnonnage.  

Il est installé dans l'ancien siège des Compagnons Charpentiers du Devoir de Liberté aussi appelés "Indiens". Un compagnon vous fait part de ses passions, vous raconte l'histoire et commente les outils et les chefs-d'œuvre exposés. Vous pourrez également y trouver divers ouvrages sur le compagnonnage et ses métiers.

Musée-Librairie du Compagnonnage
10, rue Mabillon - 75006 PARIS - Tél. 01 43 26 25 03

Ouverture : Du lundi au vendredi 14h-18h - Fermé le Samedi, dimanche et jours fériés. Entrée gratuite

 

"Aux Arts et Sciences Réunis" est le restaurant des Compagnons Charpentiers. Vous pouvez y manger matin midi et soir. 

 

Entièrement refait à neuf, la décoration des salles de repas évoque le métier de charpentier et les grandes heures du Compagnonnage. Derrière le restaurant, une salle annexe abrite les Chefs-d'œuvre monumentaux du 18e et 19e siècle. Visite guidée à partir de 19 heures. 

"Aux Arts et Sciences Réunis" 161, avenue Jean Jaurès - Paris 19e

 


¤Expo Petit Palais à Paris 

 

Les Bas-Fonds du Baroque

La Rome du vice et de la misère

 

De nombreuses expositions ont mis en scène la Rome fastueuse de l'âge baroque, tout au service du pouvoir triomphal des Papes. Mais la fresque se doit d’être plus complexe. L’ambition de cette exposition est de montrer, pour la première fois, l’envers du décor de cette Rome splendide du premier XVIIe siècle : non plus la Rome du Beau idéal , mais celle d’après nature. Car cette autre Rome, la Rome grossière et commune, celle des vices, de la misère et des excès fut à l’origine d’une production artistique inédite et stupéfiante, tant par sa diversité que par ses paradoxes et ses inventions.
L’exposition présente prés de 70 tableaux majeurs peints à Rome par des artistes italiens, français, hollandais, flamands, allemands et espagnols, de Simon Vouet à Claude Lorrain, de Bartolomeo Manfredi à Valentin de Boulogne et Jusepe de Ribera. Elle rassemble des prêts des plus grands musées internationaux, servis par une scénographie spectaculaire : un monde de musiciens, de buveurs et de tricheurs, de courtisanes et de diseuses de bonne aventure...

 

 

Du 24 février au 24 mai 2015

En marge de l'exposition, conférences au Petit-Palais

17 mars 2015

Les femmes et les bas-fonds : visages et histoires romaines au féminin dans la Rome baroque par Francesca Cappelletti, Commissaire de l’exposition, Professeur à l’Université de Ferrare.

 

31 mars 2015

La provocation et la transgression par Annick Lemoine, Commissaire de l’exposition, chargée de mission pour l’histoire de l’art à l’Académie de France à Rome–Villa Médicis, Maître de conférences à l’Université de Rennes 2


¤Visite de musée filmée

 

En plus de sa programmation quotidienne, le Balzac vous propose régulièrement des rendez-vous exceptionnels, en matinée, en soirée, ou même la nuit.

Musée sur grand écran : Rembrandt, depuis la National Gallery de Londres et le Rijkmuseum d'Amsterdam
Samedi 21 et jeudi 26 février 2015 à 11h

 Chaque exposition de Rembrandt est attendue avec impatience. Celle-ci proposée par la National Gallery de Londres et le Rijksmuseum d'Amsterdam met l'accent sur les dernières années de la vie de l'artiste et sera la plus grande et la plus complexe exposition proposée depuis de nombreuses années. Compte tenu de l'accès exclusif et privilégié aux deux galeries, le film documente ce spectacle extraordinaire et entremêle l'histoire de la vie de Rembrandt avec les coulisses des préparations des deux institutions. 

Deux séances : samedi 21 ou jeudi 26 février 2015 à 11h. Tarif unique 15 euros

Réservation en ligne > Cliquez ici

A deux pas de la Place de l'Etoile, le Balzac vous accueille au :
1, rue Balzac - 75008 Paris


 

¤La galerie des sculptures et des moulages à Versailles

Ouvertures exceptionnelles les 1ers dimanches des mois d'avril à septembre 2014

 

Installée à la Petite Ecurie entre 1970 et 1973 la gypsothèque ( collection des moulages d'après l'antique ) du département des antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre se distingue par son ampleur, par la présence de tirages anciens des XVII et XVIII èmes siècles et part un riche fonds d'architecture, qui comprend un ensemble unique d'ordres grecs et romains.

Liée au système académique en vigueur jusqu'au milieu du XX ème siècle cette importante collection rappelle le rôle fondamental de la copie des chefs-d'oeuvre anciens dans la formation des artistes

La galerie des sculptures de Versailles. Ces sculptures en marbre sont présentées dans la rotonde du manège et dans la galerie axiale, elles proviennent des jardins de Versailles. Pour éviter l'érosion qui les affecte lorsqu'elles sont présentées en plein air elles sont mises à l'abri et remplacées par des copies dans le cadre de la sauvegarde des chefs-d'oeuvre sculptés dans les jardins de Louis XIV ceci à partir de 2008

 

> Plus d'info...

 


¤Une vie au pays des touristes

de Danièle LOUVEAU-JOUAN

 

Danièle Louveau-Jouan est guide-interprète nationale depuis plus de quarante ans. Une guide passionnée et compétente, qui a vécu de l’intérieur les évolutions d’une profession souvent méconnue. Sait-on qu’il y a environ 2000 guides à Paris, et plus de 3000 vrais professionnels diplômés en France ?

En quelque 280 pages qui se lisent comme un roman, elle brosse de petits tableaux, le plus souvent humoristiques, parfois graves ou tendres. Elle évoque les relations avec les clients, l’art de les intéresser, de répondre à leurs questions, pertinentes ou saugrenues, et s’attarde aussi sur des aspects moins visibles du métier : la maîtrise des langues, la préparation approfondie des visites « pointues », les préjugés à l’égard des guides, les aléas du quotidien... En somme, mille facettes d’un métier exigeant, très éloigné des habituels clichés. C’est tout un monde méconnu qui se dévoile ainsi sous le regard passionné de l’auteur.

Cet ouvrage unique ravira certes les guides-interprètes, mais aussi les étudiants qui se destinent à la profession et tous ceux — très nombreux ! — qui, un jour ou l’autre, ont bénéficié des services d’un guide professionnel.

 

 ¤ Auguste Guillaumot et la redécouverte du château de Marly 

par Bruno BENTZ

 

Un article de Bruno Bentz, directeur de la publication "Marly, art et patrimoine", publié dans le Bulletin du centre de recherche du château de Versailles.

 

Auguste Guillaumot (1815-1892) est un dessinateur et graveur d’architecture qui a contribué à la redécouverte du château de Marly. L’ancien château royal de Louis XIV, vendu sous la Révolution puis détruit au début du xixe siècle, n’était plus qu’un parc abandonné. élève d’Augustin-François Lemaître, Guillaumot appartenait à une famille de graveurs et de peintres. Il réalisa une longue carrière académique dans l’entourage d’Eugène Viollet-le-Duc. Il exposa régulièrement au Salon des artistes de 1842 à 1891 et obtint de nombreuses récompenses. Toutefois, l’essentiel de sa carrière fut consacré au château de Marly pour lequel il réalisa des vues d’après nature, des copies de documents d’archives et des reconstitutions, avant de s’installer définitivement dans le village de Marly. Dès 1857, il publia une monographie du château de Marly et exposa au Salon une vue de l’abreuvoir de Marly ; la Commission des monuments historiques classa ces vestiges peu de temps après. Cette première étude fut reprise et complétée dans un grand album illustré qui parut d’abord en 1865 chez l’éditeur d’art et d’architecture Auguste Morel. Une deuxième édition, augmentée de nouvelles gravures, parut en 1876, puis une troisième édition vers 1910, assurant une large diffusion de cet ouvrage. Guillaumot compléta ses recherches aux archives par plusieurs fouilles archéologiques dans le parc et fit aussi le premier relevé des vestiges du Pavillon royal. Il précéda ainsi les premières restaurations, les travaux de sauvegarde et les fouilles du début du xxe siècle.

> Lire la suite...


¤ Les Tapisseries de Marly 

par Edouard FERMAUD
 
Ce qui a fait en son
temps l’originalité, le charme et la célébrité du château de Marly, c’est avant tout la nouveauté d’une architecture éclatée entre une construction centrale et des pavillons harmonieusement disposés de part et d’autre de la perspective de sa façade. Sa renommée venait ensuite de ses jardins peuplés de statues et de ses jeux d’eau. Toute l’Europe en fut éblouie.
On s’est beaucoup intéressé à notre époque et très activement depuis une trentaine d’années à la disposition mouvante des volumes intérieurs du château proprement dit, puis à la décoration de ses pièces principales : rotonde centrale et appartements du rez-de-chaussée.
 

 


¤ La vie de château : un programme de recherche pour Marly 

par Bruno BENTZ

Un article de Bruno Bentz, directeur de la publication "Marly, art et patrimoine", publié dans le Bulletin du centre de recherche du château de Versailles. Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français »

De nombreuses études ont renouvelé ces dernières années notre connaissance générale de l’architecture, des jardins, des sculptures, des peintures de Marly, etc. Elles ont permis des analyses plus précises sur la chronologie des travaux, le rôle des artistes et décorateurs, le déroulement des séjours et la signification du domaine. Toutefois, une approche approfondie sur des aspects spécifiques apporte régulièrement une compréhension inédite. En effet, plusieurs thèmes n’ont pas encore été explorés. Des recherches en cours ou de nouveaux travaux permettront de stimuler ces nouvelles approches dans les domaines les plus variés : les terrassements, les méthodes et les matériaux de construction ; les décorations intérieures, les agencements et les distributions ; les personnels et les ouvriers, pour une histoire sociale et administrative ; la vie de cour à Marly et ses développements sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. À cette fin, outre les vestiges conservés qu’il reste à découvrir, de nombreux fonds d’archives demeurent disponibles. Même les sources les plus connues réservent encore de nombreuses possibilités, tels les comptes des Bâtiments du roi ou les albums aquarellés de la fin du règne de Louis XIV. En outre, les archives administratives sont bien conservées sur plus d’un siècle. Il convient donc d’aborder les nouvelles perspectives de la recherche sur Marly en considérant les possibilités de mettre en lumière de très nombreux aspects méconnus de la vie d’un château qui, ailleurs, n’ont pas laissé autant de traces et de témoignages.

> Lire la suite...


¤ De la Halle aux Blés à la Bourse du Commerce

 par Edouard FERMAUD

 
 
Aux Amis,
Le parcours des « galeries et passages parisiens », organisé en septembre et octobre derniers (2009) par les « Amis » partait du bâtiment de la Bourse de Commerce de Paris à l’extrémité des jardins qui s’étendent à partir du Trou des Halles.
On sait peu qu’il s’agit d’un édifice qui fut autrefois célèbre et l’on ne se rend guère compte qu’il témoigne de quelques unes des aventures majeures de l’Architecture aux 18ème et 19ème siècles.
Reprenant mes notes et le texte d’un mémoire que j’ai dû rédiger voici une vingtaine d’années sur le sujet, j’ai pensé que les participants aux «parcours » seraient intéressés d’en avoir un résumé.
 
 

¤ Les Maîtres de l'eau d'Archimède à la machine de Marly

 supplément à La Lettre aux Amis
 
Un des buts principaux de l’association des Amis est de tenir les adhérents informés de la vie du Musée et d’accompagner ses principales initiatives. C’est dans cet esprit qu’est évoquée ci-après, dans ses grandes lignes, la prochaine exposition « les Maîtres de l’eau ». Elle permettra aux visiteurs de mieux apprécier l’importance des travaux effectués à Marly à partir du XVII eme siècle pour l’embellissement du domaine.
Et de façon plus générale elle retracera les recherches faites par les hommes depuis la plus haute antiquité jusqu’aux temps modernes pour maîtriser les problèmes de l’hydraulique.
 

¤La Machine de Marly   par Emmanuelle BOULAY

 

 
 
"Ce mécanisme unique et dispendieux
Devait par sa nature éblouir tous les yeux […]
La science hydraulique était à son enfance ;
Le progrès qu’elle a fait jusqu’à nous est immense.”
Ch. Véron

 
La machine de Marly fut l’un des systèmes hydrauliques les plus élaborés du XVIIe siècle. Témoignant des prouesses technologiques de son temps, elle fut longtemps considérée comme la huitième merveille du monde, jusqu’à sa destruction en 1817.